C’est également une période de développement important dans le domaine du cinéma directe ou documentaire. Dans les heures suivant la proclamation de cette loi, 8000 soldats de l'armée canadienne avaient été déployés à Montréal. Notre thèse s’avère donc exacte à la vue des faits et des théories étudiés. Paris, La Découverte, 2003. Michel Brault est un réalisateur québécois né à Montréal en 1928. « Octobre 1970 : 20 ans : entretien avec Jean-Paul Sartre », Moebius : écriture / littérature, n◦ 46, 1990, p. 7-18, [86] Massicotte, Louise. L'ancien ministre Marc Lalonde était alors le chef de cabinet de Pierre Eliott Trudeau. Postface et notes par Christophe Horguelin, Lux Éditeur, 2010, p. 56, Hamelin, Jean et Jean Provencher. D’un point de vue social, la décennie 1970 qui s’est ouverte sur l’essor d’une prise de conscience sur l’attitude du gouvernement fédéral envers le peuple québécois s’est terminée par un désengagement envers la notion de « prisonnier politique » au sens individuel ou national. On apprendra plus tard qu’ils étaient cachés derrière l’un des murs du logement. Il s’avère que cette tactique est pour lui ridicule, car elle n’illustre pas grand-chose autre que le désir des fédéralistes d’amplifier le climat de terreur. Montréal, Québec-Amérique, 1982, p. 24, [46] Pour le dernier paragraphe: Tetley, William, Op. Les jeunes réunis dans ce comité mettront en œuvre des moyens pour stimuler l’appui à l’indépendance[40]. En soirée, à 21h précisément, se tient la conférence de presse des seize « éminentes personnalités » dirigé par René Lévesque qui ouvre la conférence en disant : « Le Québec n’a plus de gouvernement ». Montréal, Lux Éditeur, 2013, 328 pages, Castonguay, Jacques. Crise d’octobre : la Chambre des Communes rejette la motion du Bloc sur les excuses officielles. Le groupe compte utiliser tous les moyens nécessaires, y compris la violence, et commet presque 200 délits, dont des vols et des attentats à la bombe, depuis sa création jusqu'à son démantèlement. Le 17 octobre, la station CKAC est informée, par la cellule Chénier, de l’exécution de Pierre Laporte. Il ne perd pas de temps à mettre certaines mesures draconiennes en place, et un état « d’insurrection appréhendée » est officiellement déclaré le 15 octobre. Film de montage qui utilise des images tournées par des équipes de cinéastes de la production française et anglaise de l’ONF au moment de la Crise, et d’autres diffusées à la télévision par la CBC et la SRC. Le mouvement indépendantiste sera la cible prioritaire de ces mesures, tandis que les mouvements populaire et syndical le seront dans moindre degré. cit., p. 444-446, [66] Bouthillier, Guy et Édouard Cloutier. Somme toute, la perspective Trudeau-Weber vient clarifier l’intention du gouvernement fédéral, soutenu par le gouvernement provincial, d’utiliser les mesures de guerre en réponse à une attaque envers l’État. Une lettre identique avait été signée par le maire de Montréal, Jean Drapeau. Les accusations d’« enlèvement du peuple » fusent de toutes parts tandis que le gouvernement doit gérer la pression populaire, la grève des médecins et la Crise. Ce devoir s’établissait sur la nécessité de faire face aux influences extérieures néfastes, comme le communisme à l’époque. Les concepts de violence politiques, de révolution, de répression d’État, d’inégalités sociales et de légitimité de l’État seront au cœur même de l’analyse. L’orientation prise par le Québec durant les années soixante, doublé de la naissance d’une considération nationale du peuple Québec face à lui-même, avait toutes les raisons possibles d’inquiéter les autorités canadiennes. nous étions plus pour une autre façon de vivre. Ces questions feront partie intégrante de la présente analyse où l’origine de la Crise, la légitimité de l’État, l’objectif visé par les belligérants et les impacts des méthodes pour y parvenir seront étudiés. Présenter l’ordre social comme un modèle irréprochable permet d’invalider toute violence envers elle. Pierre Elliott-Trudeau entre à la Chambre des communes le 16 octobre 1970, Photo : La Presse canadienne / CP Photo/Chuck Mitchell. »[71] L’Histoire aura donc donné au « prétexte » de Dumont le nom de Crise d’octobre. La rédaction de manifestes croit aussi rapidement que les assauts contre les casernes militaires canadiennes. L’article en question d’Aquin est une réponse directe à l’individualisme et au cosmopolitisme vanté par Trudeau. Liens externes. Somme toute, Dumont soutient que le passage de l’ancien régime, mort avec Duplessis, au nouveau régime, naissant avec le gouvernement de Jean Lesage, aura été mal conduit. », Cap-aux-Diamants : La revue d’histoire du Québec, n◦ 41 (Printemps 1995), p. 58-60, Lavoie, André. »[74] La création d’un Québec État-nation permettrait alors de sortir la culture québécoise de sa fatigue culturelle, car nous ferions le choix de l’ambition au détriment du renoncement. Ainsi, toute contestation de la « société libre et civilisée », selon Bourassa, est une forme de violence cherchant à détruire l’ordre. Alors qu'il était étudiant à Montréal, à l'Université McGill, Jack Layton s'est rappelé que le climat était tendu sur le campus et dans les rues de la métropole. Les opérations militaires de l’armée et la crise d’Octobre. Les mouvements de contestation du Québec ont-ils réellement connus une régression ou une disparition suite à l’application de la Loi sur les mesures de guerre ? Il en va de même pour Robert Stanfield, chef de l’opposition officielle à Ottawa lors de la Crise, qui croit que le gouvernement a le devoir de protéger son pays et ses institutions face à une menace armée[91]. L’œuvre choisie pour le corpus artistique représente sans équivoque l’opinion de la population face aux mesures de guerre. La question persiste à savoir à quelle limite chacun des acteurs peut se rendre et de quelle façon il compte interagir les éléments du conflit. Le corps policier et l’armée eurent donc à loisir d’employer toutes les méthodes jugées nécessaires afin d’appréhender les derniers ressortissants du mouvement felquiste. Montréal, Hurtubise, 1971, p. 164, [50] Simard, Françis. La cellule en question est composée de Louise Lanctôt, Jacques Cossette Trudel, Marc Carbonneau, Jacques Lanctôt et Pierre Séguin. Il s’avère donc que notre thèse est vérifiée par l’analyse des faits et des théories des penseurs vue dans ce chapitre. Dans ce même ordre d’idées, trois groupes s’imposeront, durant la Révolution tranquille, par leur influence, mais aussi par leur distinction mutuelle, soit le Rassemblement pour l’Indépendance Nationale, le Front de Libération du Québec et le Mouvement Souveraineté-Association qui deviendra le Parti Québécois. Luttes de classes et questions nationale au Québec, 1948-1968. Les Canadiens sont des gens comme les autres, et les gens ont tendance à avoir peur. Des citoyens et des organismes se souviennent de l'imposition de la Loi sur les mesures de guerre, il y a 40 ans jour pour jour. Stanfield de son côté était moindrement surpris de l’usage des mesures de guerre par le gouvernement et y voyait là l’apparition d’un autoritarisme presque totalitaire, à l’inverse de sa surprise totale liée à la relative acceptation de la part des Québécois de la suspension de leurs droits civils. « Chronologie de l’histoire du RIN ». veuillez revoir vos paramètres avant de poursuivre votre visite. Montréal, Les Éditions de l’Homme, 2000, 312 pages, [90] Bouthillier, Guy et Édouard Cloutier. La principale raison d’être du RIN se résume par la tentative de « favoriser et d’accélérer l’instauration de l’indépendance nationale au Québec. À Montréal, un monument dédié aux centaines de personnes arrêtées est inauguré. Trudeau est alors en toute légitimité d’user de cette loi en faveur de laquelle consentent une large part des Québécois non pas par leur concrète permission, mais plutôt par leur non-opposition. Le 2 janvier 1971, Jean-Paul Sartre donnait un entrevue à Jean-Pierre Compain, ce dernier ayant comme mission de la part du MDPPQ (Mouvement de défense des prisonniers politiques québécois) de recueillir les impressions de Sartre sur le FLQ, les mesures de guerre et l’usage de la violence[82]. Les prisonniers politiques au Québec. Cette vaste manœuvre, hautement politique bien plus que militaire, aura servie à briser la vague de contestation mise en branle durant la Révolution tranquille. D’un point de vue politique, les années qui suivirent la Crise et qui entourèrent la création du film Les Ordres en fût une où la répression élevée contribua à accentuer un climat de peur. Les Ordres répond donc très clairement à cette répression en la dénonçant à l’aide du cinéma. Trudeau criait à l’attaque envers la démocratie et à l’expansion de l’anarchisme. C’est avec cette attitude de chef charismatique et fort, mais également ferme, qu’il entre dans la Crise qui secoue le Québec en 1970. Des membres armés de la cellule Libératio… Cet essai permettra donc d’établir un lien entre la perception de la Crise à l’époque et celle que nous en avons aujourd’hui, toujours en fournissant des visions différentes d’une période de trouble vécue par plusieurs acteurs. Pour sa part, l'avocat Julius Grey, un spécialiste des droits de la personne, a rappelé qu'un événement semblable pourrait survenir à nouveau au Canada, malgré l'adoption de la Charte canadienne des droits et libertés en 1982 et de la Loi sur les mesures d'urgence. En somme, la Crise d’octobre représente pour le Front de Libération du Québec l’opportunité de libérer le Québec du Canada, par le fait même les Francophones de l’exploitation anglophone, dont la répression, combiné à l’inefficacité du système démocratique, ne peut qu’avoir la violence en réponse à ses abus. La Loi sur les mesures de guerre permettait toute perquisition jugée nécessaire, l’arrestation de toute personne susceptible d’être liée aux Front de Libération du Québec, aux gouvernements de gouverner par décret et aux soldats d’obtenir le statut d’agent de la paix[89]. Cette scène représente donc la critique même de Brault avec son film envers l’usage de la force et de la violence répressive de la part de l’État. À la veille de l’adoption de la Loi sur les mesures de guerre, une vague de sympathie à l’égard du FLQ se répand à travers la population québécoise[62]. Votée à 3h du matin, appliquée à 4h, le soleil n’est pas encore debout que l’on procède déjà à des arrestations. Le terme « émancipation » est même un peu faible; on parle plutôt de libération du Québec face au joug du Canada. C’est pourquoi la répression du mouvement contestataire vient dès lors expliquer l’usage des mesures de guerre dans un contexte de paix où l’intervention militaire n’est pas nécessaire. À 4h, la Loi entre en vigueur, le FLQ devient un mouvement illégal. Dans une entrevue accordée à Radio-Canada, Marc Lalonde affirme que le premier ministre Trudeau était réticent à recourir à cette loi. En présentant le Québec comme un modèle de société démocratique, les autorités s’assurent d’envoyer la violence dans l’altérité; le violent, c’est l’Autre. On leur refuse les journaux, le papier, les rasoirs, les cigarettes, les crayons et même la douche. En somme, l’application de la Loi sur les mesures de guerre ne répond pas à la nécessité de défendre l’unité canadienne et la sécurité nationale face à un ennemi extérieur, mais bien à la saisie de l’opportunité de frapper violemment les mouvements politiques dissidents présents au Québec. Cinq jours après la mise en place de la Loi sur les mesures de guerre, elle est arrêtée et détenue sans accusation pendant 24 heures. Pourtant, la fin des années 1950 ramène avec elle une vieille tension. Sociologue allemand, Weber s’est intéressé à l’organisation de l’État et à ses rapports avec ses composantes et le peuple. Nous tenterons à l’aide de cet essai de démontrer que le gouvernement Trudeau à fait usage de la violence politique envers la population québécoise de façon très opportuniste en adoptant le Règlement sur la Loi des mesures de guerre lors de la Crise d’octobre 1970 dans un objectif précis. [94] Weber, Max. Histoire du Québec, une société nord-américaine. Le 20 octobre, l’église Notre-Dame de Montréal accueille les funérailles du défunt ministre. À la veille de la Crise d’Octobre, c’est un Québec encore en mouvement qui voit Robert Bourassa devenir son chef d’État. Après avoir dressé le contexte historique de l’évènement, nous effectuerons l’analyse du corpus avant de se lancer dans l’interprétation des résultats selon les différents penseurs nommés ci-haut. C’est pourquoi Octobre serait le fruit de la Révolution tranquille inachevée. Partout ailleurs, on voit donc réussir les révolutions populaire, on voit grandir les mouvements indépendantistes, on voit se propager l’idéologie socialiste, créant ainsi un climat propice à l’émergence d’un tel mouvement au Québec. Nous procéderons donc premièrement sous une forme d’analyse de chaque perspective avant de mettre certaines d’entre elles en comparaison. Le gouvernement Trudeau conçoit donc assez facilement l’urgence de conserver la stabilité du Québec afin de préserver l’unité canadienne qu’une insurrection provinciale viendrait briser. « TRUDEAU PIERRE ELLIOTT – (1919-2000) », dans Encyclopædia Universali, URL : http://www.universalis-edu.com/encyclopedie/pierre-elliott-trudeau/ (consulté le 21 avril 2015), Noël, Mathieu. Histoire du Québec, une société nord-américaine. Lors de la Crise, la revendication du FLQ d’un État socialiste pour le Québec confirme cette idée. Il est également un reflet de la pensée de celui-ci alors qu’il dépeint la dénonciation faite envers l’application de la Loi sur les mesures de guerre. Cette vague d’arrestation met fin à la première génération du FLQ. Nous croyons donc qu’il sera possible d’étayer notre thèse grâce l’analyse du contexte historique et la comparaison entre les théories des différents penseurs et témoins de la Crise. Cette analyse dirigée vers le gouvernement canadien permettra d’obtenir une autre vision de la Crise comparativement à la plupart des réflexions sur le sujet qui s’interrogent majoritairement sur le Front de Libération du Québec. L’influence du documentaire se ressent du point de vie du scénario : Le récit est calqué sur des évènements historiques. Le film de Brault représente une démonstration claire de la répression politique faite par le gouvernement canadien durant la Crise. C’est dans ces conditions que s’ouvre la Révolution tranquille. Le 26 octobre 1968, le RIN vote sa dissolution, permettant ainsi au PQ de prendre de l’ampleur, notamment en absorbant bon nombre de ses membres[14]. Par contre, le rassemblement d’autant d’orientations différentes dans le même parti entrainera des frictions entre les diverses tendances au sein même de la formation politique[28]. Quatre ans après les évènements de la Crise d’octobre, Brault réalise un long-métrage portant sur la répression policière durant la Crise. L’utilisation de cette technique permet de créer une proximité avec les personnages et de faire partie intégrante du long-métrage[56]. La captation du retour de la pêche traditionnelle à l’Isle-aux-Coudres sera la consécration du développement de ses techniques. La violence doit cependant être considérée comme un ultime recours et non comme un outil, auquel cas il serait alors question de totalitarisme.

Les Poneys De Zoé Nouveautés, The Island Streaming Mike Horn, Cicéron Biographie Rapide, Youtube Série Tv En Français, Hertz Faro Portugal, Liste Des Pièces à Fournir Pour Visa étudiant En France,