La descendance légitime d'Henri II Plantagenêt et Aliénor d'Aquitaine Durant les premières années, Aliénor et Henri II chevauchent continuellement leurs immenses possessions. Il affirme également que ces cours d'amour sont des inventions d'André le Chapelain qui poursuivait peut-être des buts politiques en voulant discréditer Aliénor. Extrait du Rouleau généalogique des rois d’Angleterre, vers 1300-1308, British Library. Aliénor d Aquitaine (dite également Éléonore de Guyenne), née en 1122 ou 1124 et morte le 31 mars ou le 1er avril 1204 à Poitiers et non à l'abbaye de Fontevraud duchesse d Aquitaine, elle occupe une place pivot dans les relations entre royaumes de France et d Angleterre au XIIe siècle. Dans cet épisode des prodigieuses, je vous parle d'Aliénor d'Aquitaine. Pour d’autres détails. nécessaire]. Dès le mois de mai, Aliénor d’Aquitaine convole en secondes noces avec Henry Plantagenêt, duc de Normandie, comte d’Anjou, du Maine et de Touraine. Aliénor d'Aquitaine est la fille aînée de Guillaume X, duc d'Aquitaine et comte de Poitiers, lui-même fils de Guillaume IX le Troubadour[7], et d'Aénor de Châtellerault, fille d'Aymeric Ier de Châtellerault, un des vassaux de Guillaume X. Aliénor, « l'autre Aénor » en langue d'oc, est ainsi nommée en référence à sa mère Aénor. {{ media.date_translated }}. Avant la fin du Moyen Âge, l'évènement est grossi et transformé : on identifie l'amant à Raoul de Faye ou à un Sarrasin bientôt assimilé à Saladin[43] (enfant à l'époque). La représentation d'Aliénor d'Aquitaine sur le mur de la chapelle Sainte-Radegonde de Chinon est sujette à caution : il pourrait s'agir en fait de son fils Henri le Jeune couronné du vivant de son père ce qui lui permettait de porter couronne et manteau de vair[95]. De son mariage avec Louis VII (1120-1180) Marie de France (1145-1158), épouse d’Henri Ier, comte de Champagne Alix de … Pour la Pâques 1185, il la fait revenir sur le continent lors de la nouvelle révolte de leur fils Richard (Cœur de Lion), fils préféré d'Aliénor, afin qu'elle le ramène à la docilité[78]. Cette trahison politique d'Aliénor doublerait donc la trahison matrimoniale. Pour autant, le duché d'Aquitaine n'est pas rattaché au domaine royal, et Aliénor en reste la duchesse[13]. Enfants d’Aliénor d’Aquitaine. Cette enfant deviendra la mère de Saint Louis[87]. Il erre ensuite en Aquitaine, et meurt finalement de dysenterie. Son activité est suspendue pour la période 1173-1189, avant de reprendre dès sa libération. Aliénor d’Aquitaine aura été tour à tour jeune duchesse, reine des Francs puis reine d’Angleterre. Aliénor d Aquitaine (dite également Éléonore de Guyenne), née en 1122 ou 1124 et morte le 31 mars ou le 1er avril 1204 à Poitiers et non à l'abbaye de Fontevraud duchesse d Aquitaine, elle occupe une place pivot dans les relations entre royaumes de France et d Angleterre au XIIe siècle. Le tombeau de la reine est surmonté d’un gisant la représentant un livre à la main, comme un témoignage de sa vie extraordinaire. Polychromie refaite en 1846, présence de nombreux repeints. Après un arrêt dû à une maladie d'Aliénor[23], ils remontent ensuite vers la France. Ce personnage historique hors norme a inspiré de nombreuses fictions, notamment romanesques. Elle fuit l'abbaye pour se réfugier à Poitiers, mais ne peut y parvenir et s'abrite à Mirebeau, y est assiégée par le duc de Bretagne du 15 juillet[92] au 1er août, avant d'être délivrée par son fils Jean[93]. Son père meurt à trente-huit ans (1137), le Vendredi saint au cours d'un pèlerinage vers Saint-Jacques-de-Compostelle. Très belle[16], d'esprit libre et enjoué, Aliénor déplaît à la cour de France. Aussitôt, elle rentre à Poitiers et manque d'être enlevée deux fois en route par des nobles qui convoitent la main du plus beau parti de France : le comte Thibaud V de Blois et Geoffroi Plantagenêt[51]. Le roi de France devient duc d'Aquitaine par mariage. Mais il échoue, et doit subir un siège à Limoges, puis s'enfuir. Tout comme avec Louis VII, elle n'agit que très peu politiquement[61]. En Allemagne, la beauté de la reine Aliénor d'Aquitaine est chantée dans Carmina Burana[54]: «Si tout l'univers était à moiDepuis l'Océan jusqu'au RhinJ'y renoncerais avec joiePour pouvoir tenir dans mes brasLa reine d'Angleterre»[55]. Elle devient l’héritière du duché d'Aquitaine à … Dans un premier temps, Henri II tente de faire dissoudre le mariage (jusqu'à la mort de Rosemonde de Clifford)[réf. Mais avant de mourir, il a demandé à son père, le roi Henri II d'Angleterre, de libérer sa mère. Mais là encore, elle n'exerce seule et pleinement le pouvoir, que parce que le roi se retire volontairement[79]. De plus, en se fondant sur le fait que le seul troubadour présent dans les chartes au même endroit qu'Aliénor est Arnaut-Guilhem de Marsan, coseigneur de Marsan lors d'un plaid tenu à Bordeaux, l'existence même de ces cours poétiques est remise en cause[62]. Elle apprend le latin, la musique et la littérature, mais aussi à monter à cheval et à chasser. K. M. Broadhurst. Elle reçoit une éducation noble et raffinée, apprenant le latin, la musique, la littérature, l’équitation et la chasse. nécessaire]. Les enfants majeurs, ou toutes autres personnes vivantes, doivent se manifester directement auprès du, Parenté avec Aude Ariane Marie Claudette GABRIEL (sosa 1), Parenté avec Henri II PLANTAGENET (conjoint), Recherches avancées (par lieu, date, profession...), Née en 1122 - Belin-Béliet, 33830, Gironde, Aquitaine, FRANCE, Décédée le 8 avril 1204 - Abbaye de Fontevraud, 49, L'expression récente est de Martin Aurell, et reprise depuis par, entre autres, Jean Flori. Aliénor d’Aquitaine (dite également Éléonore de Guyenne), née en 1122 ou 1124[note 1] et morte le 31 mars ou le 1er avril 1204[1], à Poitiers[2]ou à l'abbaye de Fontevraud[3],[4], a été tour à tour reine de France, puis d’Angleterre. Malgré cela, Henri II tient probablement un rôle important dans le patronage des artistes : il commissionne dans les années 1160 la rédaction du Roman de Rou[74], conjointement à Aliénor[75]. Aliénor d'Aquitaine Aquitaine reine France Angleterre. D'un autre côté, sans qu'on puisse attribuer l'origine d'œuvres à des commandes royales, un certain nombre ont certainement été composées en leur honneur, ou dans le but de leur plaire, ou ont dû valoir à leur auteur une généreuse récompense. Cette fille unique du puissant duc d'Aquitaine ; Guillaume X, que son père avait confiée au roi de France Louis le Gros afin d'éviter, en l'absence d'héritier mâle, la dislocation du duché, devint reine de France à l'âge de quinze ans, ayant épousé, en 1137, l'héritier du trône, devenu, quelques jours plus tard, le roi Louis VII.. La même explication est donnée pour l'échec de celle de 1101 (celle de Guillaume le Troubadour)[39]. Louis VII souhaite engager son armée vers Jérusalem, mais Aliénor refuse de quitter son oncle et rappelle alors à son époux leur degré de consanguinité et qu'elle pourrait donc demander l'annulation de leur mariage. Une de ses armées, à Tours, est commandée par le petit-fils d'Aliénor, Arthur de Bretagne, et menace Fontevraud. Aliénor d’Aquitaine s’éteint le 31 mars 1204 à l’âge de 80 ou 82 ans. Guillaume IX le Troubadour d'AQUITAINE 1071-1126 : Philippa ou Mathilde d'TOULOUSE †1117 : En 1183, Henri le Jeune, endetté et auquel son père refuse la Normandie, se révolte à nouveau. De nuit, Louis VII quitte Antioche en juillet 1148[32], forçant Aliénor à le suivre. Notices dans des dictionnaires ou encyclopédies généralistes, Aliénor d'Aquitaine, une rebelle au Moyen Âge, Arnaud Delalande, Simona Mogavino et Carlos Gomez, http://www.louvre.fr/oeuvre-notices/vase-de-cristal-d-alienor, Généalogie des Ramnulfides, Comtes de Poitiers, Ducs d'Aquitaine, Liste des reines et impératrices de France, Reines et impératrices des Francs d’Occident, de France et des Français, https://fr.wikipedia.org/w/index.php?title=Aliénor_d%27Aquitaine&oldid=177935814, Personnalité inhumée dans l'abbaye de Fontevraud, Date de naissance incertaine (XIIe siècle), Article de Wikipédia avec notice d'autorité, Catégorie Commons avec lien local identique sur Wikidata, Page pointant vers des dictionnaires ou encyclopédies généralistes, Portail:Anjou et Maine-et-Loire/Articles liés, licence Creative Commons attribution, partage dans les mêmes conditions, comment citer les auteurs et mentionner la licence, après la constitution de Poitiers en commune par ses habitants, la ville est prise sans effusion de sang par Louis VII, qui exige que les principaux habitants lui livrent leurs fils et filles en otage. Aliénor est, pour lui, une « poupée manipulée », sans volonté[36], ce qui est une des deux manières principales dont elle a été représentée (avec la figure de la nymphomane). Aliénor est couronnée reine des Francs à Noël 1137 à Bourges (son époux avait déjà été sacré du vivant de son père, à l'âge de neuf ans, mais il est couronné sous le nom de Louis VII). {{ mediasCtrl.geTitle(media, true) }} Ses ancêtres sont bien identifiés comme le montre le tableau ci-dessous. De même, en 1184, Henri le Lion et son épouse Mathilde d'Angleterre intercèdent auprès d'Henri II, et la captivité d'Aliénor s'adoucit. Sur le chemin du retour, Richard est capturé en Autriche. Dans ce cas, comme le fait remarquer Jean de Salisbury, l'accent doit être porté sur la demande de rupture formulée par la reine pour motif de consanguinité[47]. Ivanhoé, série télévisée de Peter Rogers (1958-1959). Le mariage d’Aliénor d’Aquitaine et du futur Louis VII, élevé par l’abbé de Saint-Denis, se révèle, au fil des années, conflictuel, surtout au moment de la deuxième croisade. Pour Jean Flori, il a pu se passer deux choses : Dans les deux cas, l'élément primordial est cette évocation d'une possibilité d'annulation du mariage à l'initiative de l'épouse[45], et qui a forcément dû être préméditée[46]. Elle parcourt alors l'Angleterre, y libère les prisonniers d'Henri II et leur fait prêter serment de fidélité au nouveau roi. Elle y gouverne en son nom jusqu'au début de 1191[81]. Elle échange quelques courriers avec Henri Plantagenêt aperçu à la cour de France, en août 1151, à l'occasion d'un règlement de conflit réclamant sa présence et, le 18 mai 1152, huit semaines après l'annulation de son premier mariage, elle épouse à Poitiers ce jeune homme fougueux, futur roi d'Angleterre, d'une dizaine d'années son cadet et qui a un degré de parenté encore plus proche que Louis VII[52]. Ils préparent hâtivement les épousailles. Lors de cette période de retraite monastique entrecoupée de sorties dans le monde, son autonomie de gouvernement n'est en rien limitée. Enfin, en janvier 1200, elle est en Castille où elle doit ramener une épouse pour l'héritier du trône de France : elle préfère Blanche de Castille, parmi ses deux petites-filles. Aliénor d'Aquitaine, aussi connue sous le nom de Éléonore d'Aquitaine ou de Guyenne, née vers 1122 ou 11241,2 et morte le 31 mars ou le 1er avril 12043 à Poitiers4, et non à l'abbaye de Fontevraud5,6, a été tour à tour reine de France, puis reine d'Angleterre. Aliénor d'Aquitaine, aussi connue sous le nom d’Éléonore d'Aquitaine ou de Guyenne, née vers 1122 [1],[2] et morte le 31 mars ou le 1er avril 1204[3] à Poitiers[4], et non à l'abbaye de Fontevraud[5],[6], a été tour à tour reine de France, puis reine d'Angleterre. Après 1154, tous ses actes sont soit précédés d'une décision du roi d'Angleterre, soit confirmés ensuite par lui[59]. Cependant, le désaccord ressurgit à l'automne 1151. Les noces entre Aliénor et le futur Louis VII, roi de France, ont lieu le 25 juillet 1137 dans la cathédrale Saint-André de Bordeaux. Les historiens ont aujourd'hui complètement abandonné les accusations de nymphomanie et celles qui lui sont liées[37]. Elle invite le troubadour Jaufré Rudel à la suivre lors de la deuxième croisade, et emmène avec elle toute une suite, avec de nombreux chariots. En juillet, elle rend hommage au roi Philippe II de France, à Tours, puis rencontre son fils Jean sans Terre à Rouen. À compter de son premier mariage (pendant lequel elle a participé à la deuxième croisade), elle joue un rôle politique important dans l'Europe médiévale. Geneanet utilise des cookies à des fins de personnalisation de contenu dans ses différents services. Quand elle règne à Poitiers, elle ouvre une cour lettrée, y accueillant entre autres sa fille Marie de Champagne (protectrice de Chrétien de Troyes)[70]. Jean Flori, qui a divisé la biographie de la reine en deux, traite ainsi de cet épisode dans la seconde, celle consacrée aux parties faisant l'objet de discussion. Les troubadours qu'elle fait venir ne plaisent pas toujours[7] : Marcabru est renvoyé de la cour pour avoir chanté son amour pour la reine. Enfin, le mariage est annulé le 21 mars 1152 par le second concile de Beaugency, en l'église Notre-Dame de l'abbaye de Beaugency, pour motif de consanguinité[25] aux 4e et 5e degrés (à strictement parler le divorce[26] n'existe pas à l'époque). Elle reçoit l'éducation soignée d'une femme noble de son époque à la cour d’Aquitaine, l’une des plus raffinées du XIIe siècle, celle qui voit naître l'amour courtois (le fin amor). Louis VI, le roi de France, meurt quelques jours après le mariage de son héritier et d’Aliénor. Aliénor d’Aquitaine est la fille de Guillaume X, duc d’Aquitaine et d’Aénor de Châtellerault.

Drapeau Bleu Blanc Vert, Perceval Ou Le Conte Du Graal Pdf Gratuit, Nike Jogging Femme, évaluation Globe Et Planisphère Cm1, Recette Beignet Africain 1kg, Voie Verte Pau Lourdes, Remplir Formulaire Visa Espagne 2020,