Leur contribution au total annuel varie entre 14 % et 27 % pour les valeurs moyennes et entre 27 % et 81 % pour les valeurs maximales. 20En été, les moyennes varient entre 57 mm à Jendouba et 4 mm à Gabès. Ils sont plus nombreux aux mois de juillet (49 % des mois-stations), d’avril, d’août, de septembre et plus rares aux mois d’octobre (13 % des mois-stations) de janvier et de mars. 18En hiver, la moyenne la plus forte se situe sur l’extrême Nord à Bizerte et la plus faible à Gabès ; les excédents varient entre 86 % à Gafsa et 30 % à Jendouba et les contributions au total annuel extrêmes sont de 50 % à Bizerte et de 20 % seulement à Gabès. Avec des ressources en eau proches de la saturation, due à une évolution croissante de la demande, et pour subvenir aux besoins et préserver les droits des générations futures, la Tunisie doit continuer cette politique et la consolider, surtout au niveau de la mobilisation, de l’économie de l’eau et de la préservation des ressources en quantité et en qualité. Entre autres, il s’avère judicieux d’examiner les possibilités de transfert et de stockage des eaux de surface excédentaires dans les nappes phréatiques surexploitées. 4h MEDIT w 3/96 ETUDE CLIMATIQUE EN TUNISIE PRESAHARIENNE ALI FERCHICHI (*) 1 Abstract 1En pluviométrie et sous climat méditerranéen très irrégulier, la variabilité des données est si importante qu’elle permet de distinguer entre les années sèches et les années très sèches, entre les années humides et les années très humides ou très pluvieuses, voire exceptionnelles. Pluviométrie Visualisez la situation pluviométrique journalière sous un format ouvert OPEN DATA Ain Draham, Makthar, Béjà, El Kef et Jendouba pour le Nord-Ouest. Les données pluviométriques maximales de certaines stations méridionales dépassent celles de stations situées à des latitudes plus septentrionales et dont les moyennes sont plus fortes. Pour l’ensemble des mois-stations 30 % des mois sont très pluvieux. Au 28 août, le nombre d’incendies enregistrés en Tunisie a atteint 438. Le tableau 3 regroupe les caractéristiques pluviométriques saisonnières moyennes, maximales et minimales des 13 années les plus pluvieuses pour les 7 stations sélectionnées. Les séries pluviométriques qui ont servi à notre étude se rapportent à 20 stations, assez représentatives, réparties sur l’ensemble du territoire tunisien à raison de 3 à 4 stations par région naturelle : 2Chaque station dispose d’une série d’observations de 88 années hydrologiques commençant le 1er septembre 1909 et se terminant le 31 août 1996. En 1975-1976, par exemple, les isohyètes des 500 mm et des 600 mm réapparaissent dans le Sud-Est, ce qui représente des excédents énormes (de 50 % à 240 %). Les champs obligatoires sont indiqués avec *. À l’échelle de l’ensemble du pays, le décompte du nombre de saisons très pluvieuses, au cours des 13 années très pluvieuses dans les 7 stations retenues, permet de classer les saisons dans l’ordre suivant : l’automne (28 %) en premier, l’hiver en seconde position (26 %), le printemps et l’été en troisième position (21 %). 25L’examen des mois très pluvieux, année par année, montre que leur nombre varie de 1 à 10 mois par année. La pluie mensuelle des années très pluvieuses peut être très faible (donc déficitaire), voire nulle, comme elle peut atteindre le décuple de la moyenne mensuelle ou dépasser la moyenne saisonnière, et même le total annuel moyen de la station. Le climat de Tunis est dit tempéré chaud. Figure 1. En ce qui concerne les eaux de surface, la mobilisation a été effectuée moyennant la construction de 26 grands barrages, 190 barrages collinaires et 812 lacs collinaires, ayant une capacité totale de 2200 millions de m3 (Mm3), représentant 88% des ressources mobilisables en eau de surface. Il existe cependant une grande disparité régionale, puisqu’en Tunisie du Nord l’excédent est compris entre 25 % et 40 % (selon les stations), en Tunisie du Centre l’excédent varie entre 40 et 60 % et en Tunisie du Sud, il varie entre 40 et 90 %. Partie II : Les eaux douces et de surface Prix. • Tunis Manoubia, représentant la région du Nord ; Parmi ces années très pluvieuses, 13 % affectent plus de la moitié des stations ; l’année 1995 concerne les régions du Nord-Est, du Centre et du Sud (soit 16 stations) ; l’année 1958 intéresse tout le Nord et le Centre du pays, l’année 1989 touche, en revanche, le Centre et le Sud alors qu’au Nord et pour la même année certaines stations sont très sèches. • Kairouan, représentant le Centre du pays ; Enregistrer mon nom, mon e-mail et mon site dans le navigateur pour mon prochain commentaire. En pluviométrie et sous climat méditerranéen très irrégulier, la variabilité des données est si importante qu’elle permet de distinguer entre les années sèches et les années très sèches, entre les années humides et les années très humides ou très pluvieuses, voire exceptionnelles. Mots clefs analyse fréquentielle; pluies mensuelles; techniques statistiques; loi des fuites; loi … Selon la classification de Köppen-Geiger, le climat est de type Csa. Le minimum enregistré pendant cette période est de 220 mm (années 1947-48), avec un déficit de 52%. Les salariés. Variabilité pluviométrique Les séries d’observations de la base de données de la Direction Générale des Ressources en Eaux (DGRE) pour trois stations (Direction Générale des Ressources en Eaux, 2004,) 9Cette méthode repose sur la fréquence d’apparition et de dépassement d’un total pluviométrique parmi une longue série d’observations. Démographie des entreprises. Température. L’Etat des Ressources en Eau au Maghreb en 2009 Télécharger la fiche Tunisie - Collection 2015 (PDF, 256 Ko) Contexte agricole et relations internationales. Partager sur Facebook. Pluviométrie de l’automne à Sousse – analyse fréquentielle. Cela représente de 5 à 50 fois la moyenne de janvier et pour certaines stations, le double de la moyenne annuelle. 27Globalement et pour résumer la situation mensuelle, nous pouvons dire que la répartition est plus disparate et plus aléatoire à l’échelle de l’année et des stations. En plus de l’importance des excédents, certaines années très pluvieuses sont marquées par l’ampleur de leurs effets sur l’environnement et sur la population (débordement des oueds et inondations, dégâts matériels tels que maisons, routes ou ponts détruits, pertes en vies humaines et en bétail…). authentifiez-vous à OpenEdition Freemium for Books. Tweeter sur twitter. Dans notre pays, une forte proportion des années étudiées (64 %) comporte au moins une station très pluvieuse. Certaines valeurs maximales sont enregistrées par exemple au Sahel et dépassent celles de la Tunisie du Nord, normalement plus pluvieuse en moyenne. Le 13 septembre 1995 dans le gouvernorat de Zaghouan, les intensités atteignent 150 mm / h à Zriba et 55 mm / h à oued El Khairat. “La pluviométrie en Tunisie. 21En définitive, on peut dire qu’en moyenne les années très pluvieuses ont des excédents qui dépassent 27 % en automne, 30 % en hiver et 39 % au printemps et que leur pourcentage du total annuel dépasse 29 % en automne, 20 % en hiver et 18 % au printemps. Pluie : pluie moyenne saisonnièreIndice : rapport à la moyenne saisonnièreR/Tot : rapport de la valeur saisonnière au total de l’année correspondanteTableau 3.Caractéristiques pluviométriques saisonnières des années très pluvieuses. Les mois les plus pluvieux sont, en moyenne comme en valeur maximale, principalement ceux d’octobre et de janvier, pour lesquels l’excédent varie entre 18 % et 187 % en moyenne et entre 161 % et 767 % pour les maximales. Bibliothèque idéale des sciences sociales, Les fondamentaux du féminisme anglo-saxon, Par auteurs, Par personnes citées, Par mots clés, Par géographique, Par thématique, http://www.ens-lyon.fr/editions/catalogue. En effet, les saisons sèches ou très sèches figurent dans toutes les stations et toutes les saisons. Les trois grandes régions naturelles de la Tunisie 19Au printemps, c’est à Jendouba que se situe la moyenne la plus élevée (177 mm) et à Gabès la moyenne la plus faible et inversement ; Jendouba a un excédent plus faible (39 %) que celui de Gabès (85 %). ... à l’est la pluviométrie annuelle moyenne est de 200 mm. Le maximum enregistré pendant cette période est de 807 mm (années 1958-59), soit un excédent de 77%. Le mois de janvier 1990 compte de 10 à 21 jours de pluie ; l’année 1958 compte 113 jours de pluie à Tunis répartis sur tous les mois de la saison des pluies : 18 jours en décembre, 15 en avril, 11 à 12 en octobre, novembre, janvier, février et mars 8 en mai, 5 en juin et août et 4 en septembre. OpenEdition est un portail de ressources électroniques en sciences humaines et sociales. Lire la suite 23À la fin de cette analyse, il se dégage que les saisons très pluvieuses ne constituent que 40 % du total de toutes les saisons, que l’automne est la saison la plus excédentaire (84 % d’excédent moyen pour l’ensemble du pays) avec une contribution moyenne au total annuel de 40 %, que l’excédent de l’hiver s’élève à 57 % et que sa contribution au total annuel est de 32 % alors que celle du printemps, malgré un excédent de 58 %, ne participe au total annuel qu’avec 24 %. Les quantités de pluies enregistrées en millimètres durant les dernières 24 heures du 20-12-2020 à 07:00 au 21-12-2020 à … Tunis Climat (Tunisie) >>Tunis Tableau climatique >>Tunis Diagramme ombrothermique >>Tunis Courbe de température >>Tunis Prévisions météo à 14 jours >>Tunis La température de l'eau; Le Tunis se trouve à 3m d'altitude Le climat de Tunis est dit tempéré chaud. En continuant, vous acceptez la politique de confidentialité, La Tunisie : Pluviomètrie moyenne annuelle régionale. Les rapports à la moyenne ne sont pas toujours positifs. À Gabès, les étés sont très chaud, lourd, aride et dégagé et les hivers sont frais, sec, venteux et dégagé dans l'ensemble. Ce document présentait entre autre chose, les résultats d'une étude statistique de la pluie (à l'échelle annuelle, mensuelle et journalière) L'agriculture (8,7% du PIB; environ 15% des emplois en 2013, 18% en comptant la pêche) et le secteur agroalimentaire (3% du PIB) tunisiens revêtent une importance majeure pour l'économie et l'emploi du pays. Chapitre 7 : Caractérisation des événements extrêmes en Tunisie et possibilités de la maîtrise des excédents pour Les nouvelles ressources en eau de surface peuvent provenir non seulement des eaux non conventionnelles, mais aussi par la maîtrise des événements exceptionnels pendant les années humides (telle que la prise en considération des fortes crues dans la mobilisation, la réduction des déversements et le rapprochement au maximum des volumes régularisables de celles mobilisables).Pour les crues d’une fréquence décennale, le volume d’eau non maîtrisé est presque équivalent à celui mobilisé. 24Comme pour la pluie saisonnière, l’analyse des pluies mensuelles se fonde sur la série des 7 stations représentatives des régions naturelles de la Tunisie. Une année est considérée de forte sécheresse ou de forte humidité si le déficit ou l’excédent dépasse 50% (Ministère de l’Agriculture et des Ressources Hydrauliques, 1999). • 2 - COMPOSITION DE L'ATLAS Les trois aspects des questions nous ont conduits à imaginer un atalas pluviométrique présentan~19s trois ea.raf'téristiques suivantes : 2 - 1 E ç h e 11 e s._ Il sera établi à l'échelle.1/200000 sauf pour la partie au Sud. Analyse des années très pluvieuses. Tunisie en chiffres / Statistiques Tunisie 7 1 PPT 1.1 Caractéristiques démographiques 2012 2013 2014 Population au 1er juillet (en millier) 10 777 ,6 10 887 ,8 11 007 ,3 Mouvement naturel (en millier) Naissances 207,9 223,0 225,9 Décès 61,3 61,7 62,8 Mort-nés 2,6 2,5 2,4 Grâce à sa tradition enracinée dans le temps et à sa volonté politique, la Tunisie a réussi à satisfaire la demande des différents secteurs pendant les périodes d’abondance et de garantir le minimum nécessaire des besoins en eau pendant les périodes de pénuries. Au cours d’une année, on peut avoir une, deux, trois ou quatre saisons très pluvieuses comme il est possible de n’en avoir aucune (c’est le cas des années 1928 et 1939 à Bizerte. L’Etat des Ressources en Eau au Maghreb en 2009 Il est à rappeler que les moyennes pluviométriques annuelles en Tunisie diminuent du nord-ouest (1 500 mm) vers le sud (moins de 100 mm) alors que la variabilité de la pluviométrie s’accroît du nord vers le sud. À titre d’exemple, le mois de mars 1973 compte de 8 à 20 jours de pluie avec quelques valeurs très fortes (90 à 160 mm par jour). Pluviométrie de l'année hydrologique 1958-1959. C’est une pluie de faible intensité (30 mm / heure) mais qui a duré assez longtemps pour provoquer des dégâts énormes (Ghorbel et Benzarti, 1991). Pour notre analyse, nous distinguons à travers la Tunisie trois régions naturelles caractérisées par des conditions climatiques, hydrologiques, géomorphologiques et géologiques relativement homogènes : le Nord, le Centre et le Sud (Figure 2). 11Pour une période d’observations de 88 ans, nous avons dénombré 13 années très pluvieuses et 13 années très sèches, 18 années sèches et 18 années pluvieuses, et 26 années considérées comme normales. 22Au point de vue de la répartition spatiale, il n’y a aucun rapport avec la répartition de la pluviométrie moyenne. De même, des mois très pluvieux et les plus pluvieux de séries mensuelles n’appartiennent pas à des années très pluvieuses. Tunisie c l'amandier en Tmunisie 1 ... l'Institut National de Ia Statistique et rectifiée par le Ministère de l'Agriculture, ... La pluviométrie en est toujours idé- La pluviométrie est de 300 mm. Gabès, Matmata, Mednine et Zarzis pour le Sud-Est. Les années qui ont 4 mois très pluvieux représentent 30 % du total des années-stations, 21 % des années ont 3 mois très pluvieux et 21 % également ont 2 mois très pluvieux. Les pluies sont classées dans l’ordre ascendant suivant la probabilité au non dépassement, puis divisées en 5 classes : 4Les années comprises dans la 1ère classe, de fréquence inférieure à 0,15 sont considérées comme des années très sèches : Pi ≤ PF 15 %, 5Celles de la 2e classe, de fréquence comprise entre 0, 15 et 0, 35 sont des années sèches : PF 15 % ≤ Pi ≤ PF 35 %, 6Celles de la 3e classe, de fréquence comprise entre 0, 35 et 0, 65 sont des années normales : PF 35 % ≤ Pi ≤ PF 65 %, 7Celles de la 4e classe, de fréquence comprise entre 0, 65 et 0, 85 sont des années humides : PF 65 % ≤ Pi ≤ PF 85 %, 8Celles de la dernière classe sont des années très humides ou très pluvieuses : Pi ≥ PF 85 %. Cette 44 ème édition de l’ Annuaire Statistique de la Tunisie présente les principales statistiques collectées et élaborées par le système statistique national et le produit de ses activités. Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études ! Les excédents sont assez forts (supérieurs à 50 %) sur la Tunisie du Nord et du Centre pour une pluviométrie comprise entre 700 et 900 mm et dépassant 2 000 mm sur les hauteurs de Aïn Draham.

Hertz Ondes électromagnétiques, Les Archives De Wallonie, Citation Drole Sur Les Hommes, Aldebert Corona Minus, La Chanson Des Gestes Barrières Pour Lécole, Feu D'artifice Orleans 2020, Gynécologue Saint Pierre De Chandieu,